Mois 2 : premier stage, premier bilan

Voici que le premier stage s’achève et que commence le second. C’est en théorie ce qui aurait dû se passer. Mais, à la place, je me retrouve en arrêt maladie pour une période de 3 mois. La cause, une « rupture profonde quasi-transfixiante du tendon supra-épineux« . En français, je me suis déchiré quasi-entièrement le tendon de l’épaule droite.

À l’heure où j’écris ces quelques lignes, la reprise du travail est estimée pour dans 3 semaines minimum et une opération pourrait être nécessaire. Mais, pas de panique, rien ne presse et je devrais pouvoir passer mon CAP tranquillement. Ce repos forcé me laisse même le temps de vous faire part de mes sentiments quant aux deux derniers mois.

Diamants aux citrons confits et amandes
Diamants aux citrons confits et amandes

Un stage en autonomie

Tout d’abord, ces deux mois dans le salon de thé Le temps d’un rêve se sont très bien passés. Ils m’ont permis d’y voir plus clair sur mon projet et la façon dont j’allais le mettre en oeuvre. Comme je le souhaitais, j’ai pu expérimenter l’organisation dans une petite structure. Apprendre la gestion du temps et de l’espace est un plus pour mon avenir. A fortiori quand ces acquisitions ont été réalisées en autonomie, puisqu’il n’y avait déjà plus de Chef dans l’entreprise avant mon arrivée. Je me retrouvais donc seul dans la cuisine avec l’impression que le stagiaire (moi) remplaçait une main d’oeuvre devenue trop coûteuse. Et si les sentiments d’abandon et de solitude m’ont suivis tout au long de ce stage, je suis content d’avoir relevé le défi de produire tous les jours de quoi alimenter l’établissement.

J’avais même à loisir d’établir la carte du sucré, avec au choix trois pâtisseries de mon cru par semaine. Cela m’a permis de travailler ma créativité, que ce soit sur les goûts, les textures ou encore les visuels. Je trouve que c’est une chance quand on sait que je n’ai que 4 mois d’école derrière moi et que je réalise ici ma première expérience. Un regard critique professionnel aurait été le bienvenu, pour me dire si je pouvais améliorer telle ou telle technique, si je pouvais perfectionner mes recettes ou tout simplement m’indiquer les délais de conservation de certaines préparation. J’espère à présent que je pourrais bénéficier de cette expérience lors de mon deuxième stage, corriger d’éventuelles mauvais habitudes prise en deux mois et gagner en efficacité.

Tarte au citron revisitée
Tarte au citron revisitée

Mi-pâtisserie, mi-cuisine

En plus de mes compétences de pâtissier, j’ai pu développer un savoir-faire de cuisinier. Oh, bien sûr pas au sens ou vous l’entendez, mon expérience s’est limitée à cuire des féculents, réchauffer des plats mais, vu qu’il n’y avait pas de Chef, il a bien fallu assurer les services du midi. Jusqu’à 35 couverts par service, avec au programme deux salades composées et un plat du jour. C’était une première pour moi ! D’autant qu’il fallait que j’intègre dans ma journée de pâtisserie, le service en lui même, sa préparation et le nettoyage du labo. Ces trois derniers éléments prenant la moitié de la journée. Encore une fois, cela m’a permis d’aiguiser mon sens de l’organisation car, même s’il s’agissait pour l’essentiel d’assemblage et non de cuisine, j’ai dû composer avec le manque de temps et d’espace.

Résumé du stage

En résumé, je suis très content de ce stage. J’ai appris beaucoup sur moi-même, par moi-même et pour mon avenir. Je ne vais pas vous mentir, ce stage ne m’a probablement pas permis d’en apprendre beaucoup sur les techniques de pâtisserie, puisque je l’ai réalisé seul. J’ai presque la sensation que l’on m’a prêté une cuisine pendant deux mois. Néanmoins il m’a permis de définir un premier cadre autours de mes envies, de mes capacités et surtout d’affiner ma vision de mon métier. Je crois qu’il est également important que je continue de développer ma curiosité et mon sens critique, pour que cette expérience ainsi que les prochaines m’aident à devenir meilleur.

Les cookies de Conticini
Les cookies de Conticini

Les plus : 

  • L’autonomie
  • La découverte
  • La créativité, la diversité des pâtisseries

Les moins :

  • Le sentiment de solitude, d’abandon
  • Le temps de conservation de certains produits finis
  • La blessure à la fin du stage

Continuez de suivre mes aventures en photos sur Instagram,ou en lecture dans la rubrique « La suite« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.